Retour à la page

Accompagnement social aux travaux routiers
Projet ASA Soa


Avril 2003 - Mai 2006  
Ministère des Travaux Publics et de la Météorologie - Financement : Union Européenne

   

Le Projet ASA Soa est un devis programme d’actions sociales en accompagnement aux travaux d’entretien périodique de la RN2 entre Brickaville et Toamasina. Il fait partie des premières actions sociales d’accompagnement initiées par le Ministère des Travaux Publics, à partir du constat que la durée de vie des routes est trop courte par rapport aux prévisions. En effet, des dégradations, involontaires ou non, sont entreprises par les riverains et les usagers de la route nationale, et par ailleurs les parties prenantes ne s’impliquent pas sur la préservation des routes.

L’objectif du projet est alors d’instaurer des conditions favorables pour que la population riveraine et les usagers de la route aient les capacités nécessaires pour être des parties prenantes à la préservation des investissements routiers.

Les problèmes à résoudre et les réponses apportées par le projet ont été les suivants :


Occupation dses emprises par les habitations, des activités commerciales et les ordures.

Ce problème est dû à l'ignorance et au non-respect des lois régissant les routes, au laxisme des autorités concernées et surtout à la pauvreté des riverains.

- 2 Ateliers sur la préservation de la route,

- Appui à l’établissement et l’application d’arrêtés communaux sur le respect de l’emprise,

- Aménagement de 2 marchés,

- Actions sur la filière ordure de la ville de Toamasina : Etude sur la collecte des ordures, étude d’impact environnemental sur l’utilisation de la décharge de Sarimasina, aménagement de l’accès à la décharge, construction de bacs à ordures.


Nombreux accidents dus aux excès de vitesse et aux stationnements dangereux.

La plupart des usagers font des arrêts fréquents entre Brickaville et Toamasina dans les villages où les activités économiques sont intenses (marché, lieu de restauration, points d'évacuation des cultures de rente, etc.).

- Aménagement de 2 vigies police,

- Brochure de sensibilisation,

- 2 aires de stationnement (travaux réalisés dans le cadre des grands travaux) et 20 placettes,

- 3 unités douche / latrines dans les zones d’arrêt préférentiel,

- Panneaux de signalisation.


Environnement social et économique défavorable.

Cet environnement social et économique entraîne surtout le développement des petits commerces liés au trafic routier et de la prostitution le long de la route. Les femmes, trop occupées par les soins de la famille, n'ont pas beaucoup de temps pour les activités productrices.

- Amélioration de l’accès à l’eau potable : 7 puits (pompes fournies par l’UNICEF / MEM) et 2 bornes fontaines,

- Diversification des revenus des ménages pour les populations déplacées et les plus démunis (AGR agriculture, élevage, couture, artisanat et gargote),

- Formation en technique de vente pour les associations des placettes,

- Action de lutte contre le SIDA : 4 Maisons Point SIDA, sensibilisation par village (vidéo, théâtre, cinémobiles…)

- Amélioration de l’accès à l’éducation : Reconstruction d’une EPP érigée par des parents d’élèves, escalier d’accès, passerelle piétons


Destruction de l'environnement physique

Les éboulements qui entraînent régulièrement la coupure de la RN 2 sont dus à la dégradation des bassins versants au voisinage immédiat de la route.

- Aménagement de talus

- Espaces verts dans la ville de Toamasina